Les écrits d’artistes : Asger Jorn sur ses propres textes

Asger Jorn, à propos de l’écriture de cinq livres théoriques très importants de sa bibliographie remet en perspective les préjugés naïfs1 que l’on peut parfois avoir en tant que chercheur, sans s’en rendre forcément compte.

Le premier (…) a été un horrible supplice à rédiger. Le deuxième (…) je me suis fait un devoir de l’écrire. (…) Le troisième livre (…) a été écrit froidement, comme un constat qu’il fallait faire. Le n°4 (…) a failli me faire mourir d’ennui. Ce [cinquième livre] a été une abomination à jeter sur le papier, et seule une volonté de fer m’a permis d’en venir à bout. Avec lui, j’ai touché le fond de ce que je peux exiger de moi-même. Aucun de ces livres ne concernent l’art. (…) Il n’y a rien de plus dangereux pour l’artiste que d’écrire sur l’art. (…)

Publié dans la postface à Alfa og omega, 1963, Copenhague, Borgen, 1980. Traduit en français dans Discours aux pingouins et autres écrits, Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts, Paris, 2001, p. 294.

Les cinq livres ont été rassemblés par le jeu des rééditions comme des Communications de l’Institut Scandinave de Vandalisme Comparé2. Par ordre chronologique de parution ce sont : Held og Hasard (1952), Naturens orden (1962), Værdi og økonomi (1962), Ting og Polis (1964), Alfa og Omega (1980)3.


Crédit photographique :

Couverture de Asger Jorn, Værdi og økonomi, Borgens Forlag, 1962. Image représentant Asger Jorn grimé en Karl Marx.

  1. Ici, le préjugé était qu’il a aimé écrire ces livres. []
  2. Discours aux pingouins et autres écrits, École Nationale Supérieure des Beaux-Arts, Paris, 2001, p. 294 []
  3. Hofman Hansen Per (dir.). Bibliografi over Asger Jorns skrifter. Silkeborg, Silkeborg kunstmuseum, 1988, p. 44. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *