Livre : Critique de l’image quotidienne par Laurent Gervereau

Il existe peu de livres en français sur Asger Jorn. Si l’on exclue les textes de catalogues, les articles de presse à l’occasion d’expositions et les rééditions d’ouvrages d’Asger Jorn lui-même, le nombre de publications se réduit drastiquement.

Parmi les rares qui restent, le livre de Laurent Gervereau, Asger Jorn : Critique de l’image quotidienne (Cercle d’Art, coll. Diagonales, Paris, 2001) se distingue par sa richesse et son accessibilité même au plus néophyte d’entre nous sans pour autant évidemment tomber dans la subjectivité absolue ou la simplification excessive.

Couverture du livre de Laurent Gervereau, image extraite de Fin de Copenhague

Couverture du livre de Laurent Gervereau, image extraite de Fin de Copenhague

La période artistique d’entre-deux-guerres puis  et surtout d’après guerre est particulièrement mouvementée en terme de manifestes, de prises de positions et de créations de mouvements. Il est parfois mal aisé de s’y retrouver entre tous les -ismes et de comprendre les luttes fratricides entre scissions d’un même collectif originel. Le contexte historique et la remise en question de la place de l’art dans la société par les artistes eux-mêmes expliquent en partie ces mouvements fluctuants et cette dynamique explosive et tourbillonnante des amitiés et trahisons idéologiques parfois difficile à saisir au premier abord.

Partant d’une réflexion sur l’image entamée dans ses recherches, créations et réflexions antérieures (et postérieures) Laurent Gervereau – voir son site internet et ses liens, aborde l’œuvre et la vie d’Asger Jorn sous l’angle de la création et de son contexte pictural et photographique.

Ceci n’est pas une biographie complète d’Asger Jorn, même si le livre est bien fourni et documenté, mais un lieu de rencontre avec l’artiste danois qu’il est possible de feuilleter à l’envie tout comme de lire d’un bout à l’autre passionnément.

Offrir la possibilité au lecteur de flâner dans un livre n’est pas chose aisée et est tout à fait tributaire du travail éditorial réalisé sur cet ouvrage : c’est la présence d’une très riche iconographie assortie d’un texte se déroulant comme un discours naturel qui permettent cette liberté à laquelle nous sommes peu accoutumés.

Au-delà d’un rôle sommaire d’illustration auquel on aurait tort de les réduire, les pages de gauche sont presque toutes la reproduction de documents photographiques, d’œuvres, d’archives qui ouvrent de nouvelles pistes de recherche sur Asger Jorn mais également donnent un autre regard sur les créations et les rencontres de l’artiste. Voir attablés les participants du Congrès d’Alba en 1956 cigarettes et verres à la main1 ou encore Jean Dubuffet et Asger Jorn jouer à plein poumon de la musique2 nous apporte une nouvelle compréhension des échanges, projets et autres discussions et créations qui ont pu arriver dans de tels contextes.

Se plonger dans ces images revient à avoir lu la moitié du livre de Laurent Gervereau. Le texte quant à lui sert à dessiner une autre des nombreuses facettes proposée à toute personne s’intéressant à Asger Jorn et à son époque.

Ainsi hors de ce travail iconographique soigné et inédit – pour une grande partie des reproductions présentées – un texte est évidemment proposé. Là encore, sortant du choix par défaut de l’écrit biographique chronologique linéaire Laurent Gervereau propose un discours vivant, comme une conversation entre le lecteur et l’auteur. Se permettant les sautes d’une décennie à une autre pour revenir vingt ans en arrière et enchaîner sur la fin de la vie d’Asger Jorn, le texte joue avec les réseaux d’Asger Jorn lui-même et la faculté naturelle de l’esprit humain à tisser des liens conceptuels plutôt que temporels. Cette écriture permet non seulement de rendre compte au fur et à mesure de la grande tapisserie qu’est l’œuvre d’Asger Jorn mais libère également d’une lecture linéaire parfois un peu ennuyante.

Comprenons nous bien, cela ne signifie aucunement que le travail de Laurent Gervereau dans cet ouvrage est léger : la bibliographie est impressionnante, une courte biographie chronologique est fournie et toutes les sources sont autant de nouvelles pistes à explorer. De plus, loin de se contenter des mouvements les plus connus auxquels a participé Asger Jorn, Laurent Gervereau se penche sur la fresque des rencontres, des créations et des mouvements qui s’entremêlent à l’époque. On découvre même au détour d’une rencontre une partie de l’histoire du Collège de Pataphysique3, point de grand intérêt qui est rarement exploité lorsque l’on parle des mouvements auxquels Asger Jorn a participé ou est relié d’une manière ou d’une autre. Pourtant il y a participé notamment par sa collaboration, avec Noël Arnaud membre actif du Collège de Pataphysique, qui a mené à la publication du livre La langue verte et la cuite : étude gastrophonique sur la marmytologie musiculinaire en 19694.

Et tout ce qui concerne Asger Jorn est remis en perspective des films et des livres qui sortent à l’époque – dont les affiches, des extraits ou les couvertures sont parfois reproduites dans le livre de Laurent Gervereau – ou qui sont sortis et semblent compter dans le contexte que Laurent Gervereau s’efforce de rendre. Cela rejoint donc ici le sous-titre « Critique de l’image quotidienne », l’image étant présente au quotidien, qu’elle soit vue ou créée par l’artiste et est alors, selon notre lecture de Laurent Gervereau, une partie essentielle de l’actualité de l’oeuvre : pour nous en 2015 comme pour les artistes des années cinquante ou soixante. L’effet bénéfique de cet effort remarquable de liens entre les actions artistiques et celles de les événements qui leur sont contemporains est que cela permet ainsi de placer Asger Jorn non pas comme un touche-à-tout sans réels engagements, comme on peut l’entendre parfois, mais bien comme un homme de son temps qui a su être à la pointe de son époque sans être utilisé par elle.

Comme tout ne peut être rendu en 223 pages, lire Asger Jorn : Critique de l’image quotidienne attise nécessairement la curiosité sur certains aspects de l’œuvre ou de la vie de l’artiste qui ne sont qu’esquissés. Cela ouvre du même coup toujours plus de pistes vers de nouvelles recherches qui s’annoncent aussi riches que protéiformes.

  1. Gervereau, Asger Jorn…, pp.106-107 []
  2. Gervereau, Asger Jorn…, p.77 []
  3. Notamment Gervereau, Asger Jorn…, pp.59-79 []
  4. Voir Gervereau, Asger Jorn…,pp.62-63 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *