Exposition 2015-2016 : Wifredo Lam

Exposition Wilfredo Lam au Centre Pompidou

Une rétrospective exceptionnelle

Du 30 septembre 2015 au 15 février 2016 le Centre Pompidou à Paris propose une exposition temporaire, rétrospective de l’œuvre de Wifredo Lam (1902 – 1982). Présentées en cinq grandes parties sur un même niveau, les quelques trois cent œuvres, enrichies d’archives photographiques d’articles et témoignages, s’offrent au visiteur sous forme d’un labyrinthe aux salles plus riches et surprenantes les unes que les autres.

Le fil d’Ariane proposé par les commissaires de l’exposition est tout simplement, monographique, c’est-à-dire spatio-temporel : de 1923 à 1938 l’Espagne ; de 1938 à 1941 Paris et Marseille ; de 1941 à 1952 Cuba et les Amériques ; de 1952 à 1967 Paris, Caracas, La Havane, Albissola, Zurich ; de 1962 à 1982 Paris et Albissola. Les voyages, influences, essais, intuitions, rencontres etc de Wifredo Lam sont variés et trouvent souvent effectivement une certaine cohérence de par cette présentation au fil des lieux et des années.

Mais le dédale des pièces, vitrines et la taille de certaines œuvres permet de passer d’une période à une autre et d’y revenir ensuite par des chemins détournés pour les plus réfractaires à l’ordre chronologique d’entre nous ou simplement pour les curieux.

La galerie de personnages rencontrés dans les œuvres du peintre, dans celles créées collectivement et dans les photographies d’archives présentées est particulièrement impressionnante. De nouveau se saisir des éléments de cette exposition et les visualiser sous forme de réseaux ouvre un horizon extrêmement large de découvertes et de possible approfondissement.

Pour en savoir plus : Page de l’exposition sur le site du Centre Pompidou (avec présentation, images et liens)

Asger Jorn et Wifredo Lam

Liés !

Cette exposition est l’occasion d’esquisser ici très rapidement le rapport qu’entretenaient Wifredo Lam et Asger Jorn. On trouve par exemple présentées dans une vitrine deux lettres d’Asger Jorn adressées à Wifredo Lam. De plus la rencontre, notamment par l’entremise d’Asger Jorn, du peintre cubain avec les artistes du groupe CoBrA et les réflexions artistiques menées par ce même groupe ont été d’une grande importance pour Wifredo Lam – il a d’ailleurs participé à des expositions collectives de CoBrA. Sans compter l’invitation à venir créer à Albissola (ville italienne et centre de céramique très prolifique) lancée par Asger Jorn et honorée par Wifredo Lam de 1962 à 1982, fin de sa vie.

Il y a donc une véritable parenté entre les deux artistes qui évoluent dans des sphères parfois différentes mais souvent proches. Les contextes artistiques (surréalisme, cubisme, CoBrA, …) et politiques (guerre d’Espagne, occupation nazie de la France, colonisation et décolonisation, …) sont des éléments que l’on retrouve dans les voyages et les œuvres des deux artistes et concourent à vouloir les rapprocher.

Vue sur Paris de la montée vers la Galerie 2 au Centre Pompidou pour l'exposition Wilfredo Lam

Vue sur Paris de la montée vers la Galerie 2 au Centre Pompidou pour se rendre à l’exposition « Wifredo Lam » – 2015 / 2016

Certaines œuvres ont en effet des similarités frappantes, qui sont peut-être le fruit de coïncidence contextuelle et des similitudes dans les codes des mouvements artistiques qu’ils embrassent. Il est tout du moins intriguant – si ce n’est captivant – de reconnaître dans la noirceur de trois peintures de Wifredo Lam datant de 1947-48, ce même désespoir et cette même violence que dans la période 1948-50 d’Asger Jorn.

De même en découvrant avec émerveillement les nombreux livres auxquels Wifredo Lam a participé pour la partie iconographie (Fata Morgana d’André Breton, A la santé du serpent de René Char ou encore son travail avec Gherasim Luca), on retrouve cette même volonté, présente chez Asger Jorn dans ses nombreuses collaborations (dans les journaux, dans La langue verte et la cuite avec Noël Arnaud, dans La Fille dans le feu avec Genia Katz Rajchmann…) de création collective et l’idée que l’expression artistique peut prendre toutes les formes possibles (écrites, dessinées, sculptées, …).

Deux grandes toiles de Wifredo Lam sont enfin extrêmement marquantes : La Jungle (1943) et La Brousse (1958). La première est un peu plus figurative et la seconde plus abstraite mais dans les deux cas on retrouve la même impression que celle provoquée par plusieurs tapisseries d’Asger Jorn et Pierre Wemaëre – notamment L’oiseau dans la forêt (1947-48). Cela provient peut-être des couleurs, de la manière d’agencer les formes et les personnages dans la longueur plutôt que dans la largeur ce qui provoque, aux yeux du spectateur, un effet de forêt dense où chaque arbre cache mille merveilles et mille terreurs derrière son tronc et ses feuilles.

Leurs différences également sont intéressantes par exemple où se situe donc Asger Jorn par rapport à la forte réflexion de Wifredo Lam – dans sa création comme dans ses contacts (Aimé Césaire, Lydia Cabrera, André Breton, Alejo Carpentier, …) – avec les questions de racisme, d’ethnologie et de culture/contre-culture indigènes/coloniales. À cette occasion on pourrait par exemple esquisser l’hypothèse qu’Asger Jorn se penche sur les racines de la culture danoise/nordique comme Wifredo Lam sur celles de la culture cubaine/caribéenne.

Un réseau aux multiples acteurs

Étudier tout cela sous la forme de réseaux permettraient peut-être de mettre en lumière l’importance et le rôle de ces concepts plutôt que le simple relevé biographique traditionnel. Mettre côte à côte Wifredo Lam et Asger Jorn revient finalement à mettre en avant la fertilité et/ou l’influence du contexte historique / géographique / politique / philosophique / artistique /… pour aller au-delà de l’individualité pourtant essentielle de chacun. C’est le jeu d’aller-retour entre le centre et la périphérie que nous devons absolument effectuer pour une meilleure compréhension de tout ce qui se joue en art et dans le monde à cette époque.

Asger Jorn, un peu plus jeune avait beaucoup d’admiration pour Wifredo Lam – d’une dizaine d’année son aîné. En 1947 il écrit un article « Nouvelles tendances de l’art parisien »1 dans lequel il réalise une analyse du développement des différents courants artistiques qui existaient dans le Paris d’avant guerre, maintenant que la Seconde Guerre mondiale et ses autarcies sont terminées. Distinguant trois grands courants : les surréalistes, les peintres espagnols et les coloristes français il affirme que chacun de ces groupes a développé un axe de ce que devrait être « l’art qu’on devrait produire »2

Il arrive alors à cette conclusion, nous introduisant à cette occasion auprès de Wifredo Lam :

« Pour sortir l’art international des eaux stagnantes où il se trouve actuellement, je ne vois pas mieux qu’une union de ces différentes forces qui travaillent côte à côte. J’ai l’impression que Wifredo Lam est le seul qui réunisse des éléments de ces trois orientations. Peut-être pourrions-nous en trouver d’autres, et peut-être pas, et peut-être ai-je mal évalué la situation. L’avenir nous le dira. »3

  1. « Nye tendenser i pariserkunsten », Ny Tid (Göteborg), 8 août 1947 traduit en français dans Discours aux pingouins et autres écrits, p.83-90 []
  2. « Nye tendenser i pariserkunsten », Ny Tid (Göteborg), 8 août 1947 traduit en français dans Discours aux pingouins et autres écrits, p.90 []
  3. « Nye tendenser i pariserkunsten », Ny Tid (Göteborg), 8 août 1947 traduit en français dans Discours aux pingouins et autres écrits, p.90 []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 17/08/2016

    […] côté une double-salle bronze, rouge et or où Untitled (1957) de Wifredo Lam introduit avec magnificence ses figures démoniaques amicales toutes de piques et de figures […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *