Cartes heuristiques d’un réseau de « La République Espagnole et l’Art » (1938)

workinprogress_versionabeille

A la recherche d’une méthode appliquée (Partie 2/2) :

Suite à l’article de méthode où avait été effectué un relevé systématique de certains éléments d’un article d’Asger Jorn publié le 30 avril 1938 dans Arbejderbladet intitulé « Den spanske republik og kunsten » (« La République espagnole et l’art »)1, j’ai réalisé avec le logiciel Draw de la suite Libre Office trois cartes heuristiques en essayant à chaque fois de rendre le maximum d’informations.

Chaque carte comprend sa légende et également une liste des problèmes posés par cette représentation. Ainsi que la bannière de début d’article le prévient, il s’agit ici d’essai, de work in progress et non de propositions finies et doivent être considérées comme telles. Ces trois cartes permettent d’essayer des formalisations différentes pour un même corpus donné et restreint. Tout conseil ou remarque est évidemment le bienvenu. De même, et ainsi que la première partie de cet article le précisait, nous reviendrons plus tard sur les éléments théoriques et techniques qui existent déjà dans la recherche sur les réseaux. Il s’agit ici d’une étude préliminaire sans parti pris linguistique ou analytique.

Je ne suis pas en mesure de présenter pour le moment des cartes sous forme géographique pour diverses raisons techniques. Mais il s’agit évidemment de la prochaine étape de recherche de formalisation.

Essai 1 : Mettre en valeur l’entrelacement des liens

Dans cette première carte tous les éléments relevés dans le texte (nommés dans la partie 1 méta-réseaux et réseaux primaires) et ceux issus d’une recherche approfondie sur certains éléments du texte (nommés réseaux secondaires voire tertiaires) sont liés par des flèches. On y dissocie les deux types de réseaux et rien n’est hiérarchisé : tous les éléments se valent. Seuls les multiples liens dont ils sont la source ou la destination en font ressortir certains, comme des nœuds.

Cliquez sur l’image pour la voir en plus grand. 

taro_capa_reseaux_1_versionfleche

On s’aperçoit ainsi qu’il est relevé dans les « Problèmes » que les zones géographiques ressortent comme des nœuds mais sont équivoques, car les liens qui les rejoignent signifient des choses différentes (des actions, des lieux, des déplacements, …). Ce à quoi on pourrait ajouter que les réseaux secondaires sont attachés à des nœuds qui sont des personnes. Il semble qu’une complexification des codes couleurs pourrait permettre de clarifier cet Essai 1.

Essai 2 : Mettre en valeur les zones géographiques

Dans cette deuxième carte, il n’y a plus de flèche mais la place, situation des étiquettes est significative sur les zones géographiques qui deviennent alors des éléments hypertrophiés du réseau. Par exemple Léon Trotsky est à cheval sur l’URSS et le Danemark car il vient de la première et donne une conférence dans le second. De plus les réseaux secondaires ont une couleur permettant d’identifier la personne dont ils sont issus, ce qui a pour effet de hiérarchiser ou du moins de distinguer ces réseaux secondaires par rapport aux réseaux primaires.

Cliquez sur l’image pour la voir en plus grand. 

taro_capa_reseaux_2_versionetiquette

taro_capa_reseaux_2_versionetiquette_page2

Cet Essai 2 a pour lui une certaine clarté apparente car aucune flèche ne se croise et la diversité des couleurs permet une lisibilité des réseaux plus immédiate. En revanche, une lecture plus attentive est rendue particulièrement difficile par l’absence des flèches permettant de comprendre quel élément est relié à quel élément. Les zones géographiques ainsi qu’on le relève dans « Problèmes » sont efficaces tant que seulement deux sont impliquées, comment en effet intégrer dans la représentation une relation d’un même élément avec trois zones géographiques différentes?

Essai 3 : Faire parler les liens

Afin de pallier aux problèmes posés par l’Essai 1, cet Essai 3 propose d’adjoindre à chaque flèche une légende explicite. Cela permet ainsi de connaître la teneur exacte du lien qui unit deux éléments. Lorsque ce lien est réciproque, la double flèche est de rigueur. Les couleurs de l’Essai 2 ont été conservées mais de manière plus discrète pour distinguer les différents réseaux, cela permet ainsi de garder une certaine homogénéité entre réseaux primaires et secondaires – dans l’Essai 2, quatre couleurs différentes correspondaient à ces deux réseaux, ce qui était confus. De plus, les zones géographiques ont été conservées.

taro_capa_reseaux_3_versionlegende

taro_capa_reseaux_3_versionlegende_page2

Le véritable point faible de cette carte est le fourmillement de ses informations. Quant à la question des zones géographiques et des éléments de réseaux qui sont à cheval sur trois zones elle n’est toujours pas réglée. Peut-être que faire en sorte de faire ressortir les nœuds ou de différencier les flèches qui traversent les frontières pourraient être une solution à envisager. Le recours à l’animation pourrait aussi être une nouvelle forme de présentation permettant aux informations de ne pas être toutes présentes en même temps et pourrait faciliter ainsi la lecture.

Conclusion

En conclusion, ces trois essais viennent interroger le principe de la carte heuristique pour étudier des réseaux issus d’un texte. D’un côté il est impossible de faire figurer toutes les informations sans tomber dans une grande confusion et d’un autre côté il est primordial de savoir exactement ce que ces cartes apportent en terme de sens à la simple lecture d’un texte.

Ces deux grandes questions pourraient trouver une forme de réponse dans la réalisation d’un schéma / carte / graphe qui ne serait pas simplement une représentation systématique des éléments d’un texte mais plutôt la formalisation d’une problématique particulière – quitte à réaliser plusieurs cartes pour un même texte.

Dans ces trois essais, ce qui a été mis en valeur par cette forme de carte heuristique, ce sont les relations entre des éléments présents dans le texte d’Asger Jorn qui sont beaucoup plus fortes et importantes que ne le laissait présupposer l’article. On peut observer que le contexte apparaît de lui-même dans l’essai 3. En effet, en ajoutant les réseaux secondaires de Gerda Taro et Robert Capa – qui étaient uniquement cités comme des photographes importants dans l’exposition sur la guerre d’Espagne2 – se dessine une partie de la carte de l’Europe juste avant la déclaration de la Seconde Guerre mondiale. L’histoire de Gerda Taro apporte l’Allemagne et le régime nazi tandis que la première série de photographie de Robert Capa au Danemark ajoute l’URSS et le régime soviétique. Puisque la guerre d’Espagne et le régime républicain espagnol est déjà un élément de réseau primaire, il suffisait de tirer deux flèches de plus – pour le soutien de l’URSS et l’adversité de l’Allemagne – pour voir se dessiner la carte des conflits qui étaient déjà déclarés et mondiaux en 1938.

  1. Référence et détails trouvés dans le texte 17 de la bibliographie des textes d’Asger Jorn : Hofman Hansen Per (dir.). Bibliografi over Asger Jorns skrifter. Silkeborg, Silkeborg kunstmuseum, 1988, p. 57. []
  2. Signalons tout de même qu’Asger Jorn fait à l’occasion de cet article une courte oraison funèbre de Gerda Taro []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *