Exposition 2015 : Per Kirkeby et les régions polaires

Invitation à l'exposition Per Kirkeby à la Maison du Danemark

Invitation à l’exposition Per Kirkeby à la Maison du Danemark

 

Une exposition à la Maison du Danemark

La Maison du Danemark, située sur les Champs Élysées à Paris signale fièrement sa présence par deux grands drapeaux danois. Le restaurant Copenhague et le salon de thé Flora Danica occupent le rez-de chaussé en compagnie d’une petite vitrine touristique pour découvrir le Danemark. Le tout offre alors en deux façades, et ceci malgré les grandes enseignes mitoyennes qui rivalisent de gigantismes pour se démarquer, la sensation dépaysante d’être dans le quartier danois de Paris.

Maison du Danemark, Champs Elysées, 2015.

Maison du Danemark, Champs Elysées, 2015.

 

Une fois arrivés au deuxième étage vous découvrirez une petite salle au plancher de bois clair et à la lumière douce qui héberge en ce moment l’exposition Per Kirkeby et la région polaire. Les œuvres présentées sont des estampes principalement réalisées à partir de gravures sur plaques de cuivre, mais plusieurs techniques sont présentées.

 

Panneau lumineux de présentation de Per Kirkeby, Maison du Danemark, 2015.

Panneau lumineux de présentation de Per Kirkeby, Maison du Danemark, 2015.

Des couleurs et des voyages

Les estampes présentées sont très touchantes dans leur modestie de couleurs. Les noirs ne sont pas aussi profonds ni les blancs aussi aveuglants que l’on aurait pu l’anticiper ; quant aux bruns, ocres et verts ils rappellent les lumières de fin d’après-midi sur les paysages endormis. Issues des voyages réalisés par l’artiste et géologue de formation au Groenland, en Islande, aux Îles Féroé et en Norvège, ces œuvres semblent s’approcher de la persistance rétinienne que laisse sur l’œil de l’observateur les paysages polaires.

Les contrastes sont présents mais nuancés : la pointe sèche associée à cet aléatoire1 de l’encre versée sur la plaque de cuivre les rendent excellemment bien.

Le procédé de l’estampe imprime et reproduit à l’infini, ligne, contour et masse qui constituent l’horizon souvent sublime – dans ce qu’il a de beau, d’intrigant et de terrifiant à la fois – des régions polaires, pour reprendre le titre de l’exposition.

 

Sortir du boréalisme : singulariser le paysage et le regard

Il était étrange de contempler tous ces instantanés dans une salle emplie de monde venu lors du vernissage le 8 septembre 2015 ; ceci alors que les paysages représentés sont si souvent désertiques, ou plutôt – en paraphrasant légèrement une citation de Per Kirkeby sur un des cartels de l’exposition – sont des lieux où l’on se fond.

Image extraite du filme : Voyage aux Îles Féroé, 2000

Image extraite du film : Voyage aux Îles Féroé, 2000. La lumière rouge vient de l’appareil photo et non de la salle.

 

Sans entrer dans des considérations boréalistes – c’est-à-dire qui projettent sur les régions du Groenland, de l’Islande, de la Norvège et des Îles Féroé une image de Nord mythifiée correspondant à nos attentes2, il y a cela de beau dans le travail de Per Kirkeby son sens du détail et la distinction que l’on fait entre les différents voyages. Il y a toujours des obsessions, des formes qui reviennent, des méthodes peut-être, mais la nature qui entoure ses œuvres garde sa singularité. Ce n’est pas le Nord. Ce n’est pas le Pôle Nord et ce n’est même pas l’Islande, la Norvège, le Groenland et les Îles Féroé. Non, ce sont simplement les carnets de voyages de Per Kirkeby dans certains lieux, certaines régions, certains bords de mer, certains villages, certaines montagnes.

Image extraite du film : Voyage aux Îles Féroé, 2000

Image extraite du film : Voyage aux Îles Féroé, 2000. La lumière rouge vient de l’appareil photo et non de la salle.

 

Per Kirkeby et Asger Jorn : Silkeborg, techniques et jeu sur les registres

Du point de vue factuel, le Museum Jorn à Silkeborg a assuré le commissariat de cette exposition3 car il possède une très grande collection d’estampes de Per Kirkeby dont est évidemment issu l’ensemble des pièces présentées à Paris. On peut également citer cet ouvrage Hvad skøvsoen gemte : Jorns Modifikationer & Kirkebys Overmalinger qui met en parallèle les Modifications d’Asger Jorn et les « Surpeinture » de Per Kirkeby proposé à la vente à l’occasion de cette exposition avec le catalogue.

Du point de vue de l’art, sur le sujet des estampes notamment il y a évidemment des liens. Lors de la création de Fin de Copenhague avec Guy Debord, Asger Jorn a utilisé une méthode particulière ainsi que l’on peut le lire dans l’analyse de Karen Kurczynski dans The Art and Politics of Asger Jorn: The Avant-Garde Won’t Give Up4.

Extrait de Fin de Copenhague d'Asger Jorn et Guy Debord.

Extrait de Fin de Copenhague d’Asger Jorn et Guy Debord.

Après avoir sélectionné, découpé et collé les articles, publicités, slogans, images qui constituaient leur base de travail de détournement, Asger Jorn s’est installé en hauteur, au dessus des plaques prêtes à être passées sous la presse et a versé l’encre directement dessus, réalisant ainsi ces coulure et taches qui forment les contours d’un ‘Copenhague finissant’5. Ce n’est pas la première fois qu’Asger Jorn expérimentait cette méthode picturale6 et elle serait pour Fin de Copenhague une manière de pasticher l’art abstrait tout en réalisant une œuvre d’avant-garde sous forme de livre.7

Si le travail d’estampes de Per Kirkeby est bien sûr différent, il y a la même conscience de la matière et la méthode utilisées ainsi qu’un jeu sur le changement de registre : ici entre celui de la carte géographique et celui de la peinture et du dessin. Par exemple, Per Kirkeby a réalisé deux séries de douze estampes en Islande. La première série – Rævesletten/l’Islande, 2008 – était très topographique et précise, la seconde – Rævesletten/le retour, 2008 – a été retravaillée avec notamment l’ajout d’ombres et autres vagues et nuages ; avec l’appui de l’aquatinte comme procédé de ‘dilution’ des formes et couleurs

Ce changement de registre entre les deux séries n’est pas binaire mais se ressent simplement comme une altération – au sens d’autre – d’une même observation, un changement de point de vue qui ne s’oppose pas mais se complète. La même ambiguïté est présente dans Fin de Copenhague car cette œuvre joue avec la frontière entre le pastiche8 du dripping à la Pollock et celui de la création d’un livre d’artiste d’avant-garde.9


Informations :

Exposition Per Kirkeby et la région polaire – Maison du Danemark

Du 08/09/2015 au 01/11/2015

Détails et conférences : http://www.maisondudanemark.dk

  1. Notion de hasard recherchée par Per Kirkeby lui-même dans ce procédé de l’estampe. Cf. Texte de présentation de l’exposition par Marius Hansteen sur le site de la Maison du Danemark []
  2. Par exemple l’idée du froid, du vide, de la neige, de la nature hostile, du désert humain, etc Voir pour cela notamment les travaux de Daniel Chartier sur la question ainsi qu’un ensemble de publications sur le sujet à venir en 2015 – 2016 dans la revue Études Germaniques []
  3. voir notre article sur ce Musée. Le Museum Jorn a par ailleurs monté en ses murs en 2015 une grande exposition sur Per Kirkeby []
  4. In « Jubilant Critiques », Ashgate, 2014, p.151-152 []
  5. [expression tout à fait personnelle, ce n’est pas une citation] []
  6. La première fois serait en 1938 dans l’atelier d’Alberto Giacometti. Karen Kurczynski, The Art and Politics of Asger Jorn: The Avant-Garde Won’t Give Up, Ashgate, 2014, p.151 []
  7. Karen Kurczynski, The Art and Politics of Asger Jorn: The Avant-Garde Won’t Give Up, Ashgate, 2014, p.151-152 []
  8. Notamment par ses couleurs kitsch, son impression qui lisse la matière au point de faire disparaître le mouvement de la main de l’artiste, … Voir Karen Kurczynski, The Art and Politics of Asger Jorn: The Avant-Garde Won’t Give Up, Ashgate, 2014, p.150 – 153 []
  9. Karen Kurczynski, The Art and Politics of Asger Jorn: The Avant-Garde Won’t Give Up, Ashgate, 2014 p.152 []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 17/08/2016

    […] apercevons en premier est tout aussi peuplée : les silhouettes de Del af traekvogn 13 (1963) de Per Kirkeby colonisent la partie centrale du tableau. Mais il semblerait que leurs couleurs vives […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *