Exposition 2019 : Sonja Ferlov Mancoba

Compte-rendu de l’exposition Sonja Ferlov Mancoba
– au Statens Museum for Kunst (National Gallery of Denmark) à Copenhague; du 9 février 2019 au 5 mai 2019.

1. L’exposition

On est accueilli par un film1 de Sonja Ferlov Mancoba qui crée, les mains dans la matière, la minutie des gestes, l’intensité de l’intention créatrice ; ici pas de grands panneaux de textes comme il est coutume de trouver dans la majorité des grandes expositions. Le texte pour ceux et celles qui le souhaitent est placé derrière l’écran, mais c’est à ce moment précis que nous sommes happés par la salle.

Tout est organisé selon des couleurs : noir, brun, bois, blanc. Posé sur des tréteaux, des plaques plus ou moins épaisses, plus ou moins minérales propose une esthétique épurée qui pourrait faire penser à un atelier. Mais la scénographie se fait heureusement aussi discrète que possible – et c’est ce qui contribue à la grande qualité de cette exposition – car avec les jeux d’éclairage, la lumière met en valeur, sans ambiguïté ni chichi les pièces. Il faut se faire aussi humble, discret et modeste que possible pour entrer dans le monde des œuvres de Sonja Ferlov Mancoba.

Quelques exemples de l’atmosphère de l’exposition

2. Les œuvres

a. Des dessins, des toiles, des objets

De gauche à droite les pas nous mènent devant des dessins préliminaires, réalisés au crayon qui sont déjà des petites œuvres en soi. Nous remarquons aux petits cartels qu’une grande partie des œuvres présentées proviennent des collections du Museum Jorn à Silkeborg.

Une petite installation en bois flotté intitulée Levende grene (1935) nous interroge sur la frontière fine entre la création sculptée et l’objet trouvé par hasard. Environnés que nous sommes par les autres sculptures et dessins plus figuratifs de l’artiste on a envie de voir dans la courbe élancé et cette petite branche qui pique vers le haut des oiseaux ou un modèle en tout petit, la maquette presque d’une forêt à l’histoire mouvementée. Mais la transposition abstrait / figuratif n’est peut être due qu’au jeu qui s’installe entre l’œil des visiteurs et ce qui est exposé.

Plus surprenantes encore, nous découvrons un ensemble de toiles de 1938 – il est vrai que les affiches, programmes, présentations présentes en amont de l’exposition au Statens Museum for Kunst de Copenhague nous portaient à penser que l’œuvre de Sonja Ferlov Mancoba était essentiellement de la sculpture blanche. Dans ces toiles, la peinture à huile est appliquée par petites touches, comme les motifs sur un vase ou un tissu et la toile écrue n’est pas recouverte laissant par ailleurs apparaître, sans honte, la trame, le tissage. Tous les traits, la matière de la peinture, les mouvements du pinceau sont apparents mais l’impression générale est que toute cette énergie déployée est réalisé avec beaucoup de minutie. Peut-être réalise-t-elle ses toiles rapidement, on ne sait, mais Sonja Ferlov Mancoba paraît ici travailler à plat et en petit.

Dans Abstrakt Komposition (1938), les couleurs se font reines grâce aux crayons de couleurs qui tracent, aux stylos plumes qui grattent et aux pastels grasses qui brillent. Elle réalise cela dans un format encore plus petit, comme un format carte postale. A nouveau ce sont les motifs plus que les formes, le mouvement et les surimpressions plus que les aplats qui habitent notre regard. On a l’impression que malgré le choix évident du support, une énergie voudrait sortir du cadre et se projeter dans l’espace.

Ce sont les motifs et la minutie qui dominent dans les Komposition med tegn (1939) et Komposition med bevægende struktur (1938). En 1935 et 1936 elle faisait, selon ce qui est exposé, des figures mi abstraites – mi figuratives où les petits masques que l’on retrouve également dans sa sculpture ont sur papiers les mêmes grands yeux ronds et leurs corps à mi chemin entre une amphore que l’on emporte partout et un marshmallow qui nous console. Ils sont également les personnages récurrents aux formes variantes de certaines peintures de 1938 ou encore dans une version plus déconstruite en 1950.

Les affiches de l’exposition à la sortie du Statens Museum for Kunst, 2019.

b. Des sculptures

La sensation que l’on retrouve dans certaines pièces de musique virtuoses d’un impact paradoxal de l’exactitude des gestes et de la célérité des compositions, imprègne déjà ses œuvres au stylos et au pinceau, mais elle est aussi perceptible dans les séries de sculptures en plâtre ou bien en terre cuite de 1957-59 qui semblent constituées d’un cosmos de petites boulettes collées et écrasées les unes sur les autres pour créer ces formes à la frontière du végétal, de l’animal et du minéral et qui possèdent par cette technique une peau en écaille ou encore un tronc à la belle écorce ou même une carapace aux ombres impressionnantes et mouvantes.

Quelques œuvres de 1961-62 à mi chemin entre la calligraphie, le schéma, la carte astronomique et le poème japonais se dévoilent au fond de la salle. Empruntées au Centre Pompidou, une autre série de trois œuvres nous plonge dans des rites accomplis et ayant laissés leurs traces sur le sable ou oubliées après une cérémonie dont les acteurs et actrices, les codes et les missions nous échappent.

Les collages de 1965-68 passent le pas entre la peinture et la sculpture et assument sans rougir les surimpressions et les effets de matière et de dépassement.

L’homme debout (1962) fait partie de ces pièces dont le gigantisme surprend, jusqu’à ce qu’on se rende compte, avec surprise, qu’elles sont à taille humaine, proportion sensible de notre propre perspective. On aimerait les adopter, les formes nous sont pourtant étrangères mais familières, rassurantes, comme des anges gardiens ou des totems, des animaux de compagnie. « Je veille sur toi » semblent nous indiquer les grands yeux des masques de 1977. Les plus paranoïaques d’entre vous penseront peut être qu’il y a une forme de surveillance, mais l’ensemble des lignes rondes nous empêchent d’y voir une forme d’agressivité. Dans les mouvements élancés, dans leurs équilibres parfaits, dans leur ancrage au sol, on est peut être face à des maîtres ou à des figures qui nous montrent la voie, qu’elle nous plaise ou non, mais cela nous oblige à un grand respect et une certaine humilité qui ne fait que nourrir ce sentiment de bienveillance omniprésent.

4. La vie

Enfin, en bout de course, la petite salle à droite nous accueille pour la partie biographique, qui pour notre plus grand plaisir était très peu mise en avant dans les cartels, nous laissant librement explorer les œuvres de Sonja Ferlov Mancoba sans filtre, une rencontre les yeux écarquillés.

Nous découvrons donc, l’esprit encore préoccupé par les œuvres admirées, une grande vitrine plate, comme une table, où photographies, cartes postales, lettres nous donnent à voir et à lire toute la dimension humaine et historique de la vie de l’artiste. Sa famille, ses différents lieux de vie et son abondante correspondance, en français également. Un coin confortable dans la pièce permet de s’installer pour lire catalogues et ouvrages en lien avec l’œuvre et l’exposition.

Une grande étagère – qui tient dans son aléatoire plus de la structure en bois avec des rideaux – autour de laquelle on tourne permet d’observer et apprécier certaines pièces (notamment une de Joan Miró) et certains livres (notamment de Carl Kjersmeier) collectionnés par l’artiste elle-même, comme autant d’inspiration et de liens avec son œuvre, une autre facette qui reflète le monde de Sonja Ferlov Mancoba.

5. La brochure… et pour aller plus loin

a. Traversée de l’œuvre et de la vie en dix points

Document classique accompagnant toujours une exposition, hormis le catalogue, la petite brochure distribuée à l’entrée nous éclaire sur certains aspects de ce que nous venons de découvrir. Sonja Ferlov Mancoba a traversé une grande partie du 20e siècle (1911-1984), elle fait partie – tout comme Asger Jorn – de ces artistes danois qui en 1936 se rendirent à Paris. Elle y rencontre en 1939 l’artiste d’Afrique du Sud, Ernest Mancoba, avec qui elle se marie en 1942 et vivra toute sa vie – ils auront un fils Wonga à la sortie de la guerre.

La brochure présente plusieurs facettes de l’œuvre et de la vie de Sonja Ferlov Mancoba et articule l’exposition en dix grands points plus ou moins chronologique, nouvelle fenêtre sur l’artiste selon les groupes de pièces que nous avons traversées.

Nous apprenons de ses influences par les artistes rencontrés et admirés, l’apprentissage en tant que peintre, la rencontre avec la sculpture et les objets trouvés. Nous nous intéressons aux masques et à leurs créations dans leurs contextes politiques, artistiques, mythiques. Nous nous accordons un temps d’arrêt pour l’unique sculpture réalisée pendant la guerre et son importance vitale. Nous découvrons les créations intimes en argile dans un petit village français au paysage et au voisinage entre « sagesse et poésie ».

Nous devinons le rôle joué par le dessin pour sa dynamique et sa plus grande facilité de réalisation. Nous comprenons l’importance symbolique et artistique des liens de solidarités, d’échanges dans les œuvres produites, dans les actions biographiques et aussi dans les œuvres collectionnées. Nous admirons les années soixante et les sculptures qui grandissent et prennent de plus en plus d’espace ainsi que les nombreuses recherches plastiques sur le collage.

Nous apprenons des masques qui deviennent totems et continuent de résister au conformisme, aux aliénations à la fois dans leurs forces et leurs fragilités apparentes : comment défier toutes les frontières qui nous entravent ? Nous intégrons la volonté de dépassement de l’individuel pour retrouver la figure humaine et l’universel, ce qui est au-delà, via les masques qu’elle crée. Nous nous nourrissons des dernières œuvres entre masques et casques – Squelette de l’esprit (1984, Museum Jorn) – qui tentent à nouveau d’aller au cœur de ce que nous sommes et ce qui nous déborde.

Extrait du panneau d’introduction

b. Quelques éléments supplémentaires

Dans un livre consacré à l’artiste, Troels Andersen – qui a notamment été directeur du Museum Jorn et a eu une correspondance avec Sonja Ferlov Mancoba – nous donne quelques pistes complémentaires.

L’artiste danoise est très tôt dans les mouvements d’avant-gardes artistiques danois comme linien – avec Eljer Bille et Richard Mortensen. La nouvelle génération dont elle est ainsi partie prenante ne nie pas s’inspirer du surréalisme et l’on retrouve notamment, dans leur fascination commune pour les arts non-occidentaux, certains traits caractéristiques.

« Dans leur revue, [le groupe linien fondé en 1934] plaident pour une nouvelle fusion de l’art surréaliste et de l’art abstrait. Sonja Ferlov Mancoba y présente le très célèbre ouvrage du grand collectionneur Carl Kjersmeier sur l’art africain. On y reproduit également des sculptures de Giacometti et de Henri Laurens. Pour ce qui est des peintres, on s’intéresse surtout à des noms comme Miro, Arp, Max Ernst et Tanguy. Basant primordialement leur conception de l’art sur l’effet psychologique que provoquent spontanément la couleur et la forme, les membres du groupe posèrent les fondements de la conception spontanée-abstraite qui devait jouer un rôle primordial pour toute la vie artistique scandinave pendant et après la guerre. »


Troels Andersen. Sonja Ferlov Mancoba. Copenhague : Borgen, 1979, p.105

Elle a été très inspirée par Giacometti (rencontré en 1936) mais aussi par les expériences collectives liés aux objets trouvés (1935).2 Son processus artistique est très lent et très exigent et il n’est pas rare qu’elle détruise elle-même des travaux en cours ou qu’elle juge non abouti – cela arrive également parfois en raison de contraintes matérielles.3

« En 1947, elle s’installe au Danemark avec sa famille. Elle est affiliée à Høstudstillningen où Asger Jorn était un des principaux animateurs. »4 Elle expose avec Karel Appel, Constant, Coreille, Jorn, Carl Henning Petersen. Un numéro de la Bibliothèque Cobra (collection Artistes Libres) est consacré à ses œuvres avec un texte de Christian Dotremont. « Ses sculptures sont représentées aux expositions rétrospectives du mouvement Cobra aux Etats-Unis, en Belgique, en Hollande et au Danemark. »


Troels Andersen. Sonja Ferlov Mancoba. Copenhague : Borgen, 1979, p.106-107

« En 1952, elle décide de s’installer à nouveau en France. La collaboration entre les artistes danois ayant été rompue, l’atmosphère ne lui semblait plus soutenable. (Asger Jorn quitta le Danemark l’année suivante pour la même raison.) »


Troels Andersen. Sonja Ferlov Mancoba. Copenhague : Borgen, 1979, p.106

Elle reprend une activité artistique visible – elle n’exposait plus – à partir de 1960 lorsqu’elle s’installe à nouveau à Paris. La Galerie Denis René à Paris l’expose, son premier bronze est acheté pour la collection qu’Asger Jorn réalise au Musée de Silkeborg et ensuite le Musée Louisiana intégrera certaines de ses œuvres.5

Sonja Ferlov Mancoba est également particulièrement impliquée dans les problématiques liées au racisme, à la colonisation et au post-colonialisme qui touchent évidemment également l’art – dans ses représentations, ses expositions, ses diffusions et son marché. Il faudra attendre la fin de l’apartheid pour que son œuvre et celle d’Ernest Mancoba puisse être exposée et reconnue en Afrique du Sud.6

« Masques et personnages, individuels ou en groupes, dont les attitudes corporelles sont réduites à l’ultime simplicité – c’est ce qui constitue son univers thématique. Pour elle, l’art et la sculpture tournent autour de l’expression humaine. L’art moderne, surréaliste et abstrait, représente un des éléments grâce auquel la culture occidentale s’affranchit sur le plan historique. Il combat le colonialisme que renferment nos préjugés et nos vies affectives et constitue un des éléments de la lutte qui est engagée pour que soit édifiée une existence humaine authentique. »


Troels Andersen. Sonja Ferlov Mancoba. Copenhague : Borgen, 1979, p.107


Les citations sont extraites de Troels Andersen. Sonja Ferlov Mancoba. Copenhague : Borgen, 1979, 1047 p. Résumé traduit en français par Hanne Martinet.

c. Sonja Ferlov Mancoba par elle-même

A l’occasion d’une exposition intitulée « Confiance » à la Maison du Danemark du 15 mars au 29 avril 2012, Troels Andersen a écrit Sonja Ferlov Mancoba – Une vie vécue derrière les choses. Plusieurs citations issues des lettres, entretiens, textes avec l’artiste sont cités. Nous nous permettons d’en citer ici quelques lignes afin de laisser la parole à l’artiste elle-même pour conclure cette belle rencontre.

Sur la sculpture Sans titre, 1940-46, Bronze, 51,5 cm (hauteur), Museum Jorn.

« (…) elle a été ma fidèle amie et m’a donné du courage pensant les quatre longues années de la guerre. Je lui ai confié tant et tant de choses, et elle m’a répondu. Elle m’a appris la patience face à la vie. Elle est fermée comme un bouton, non encore éclos, qui porte l’attente du futur. C’est sûrement elle qui m’a appris le plus sur la sculpture et elle est la mère de tout ce qui a suivi. Elle constitue une avancée, qui ne laisse aucun chemin de retour possible. (…) Sans cesse elle se transformait en une nouvelle quête de tout ce qui jusque-là n’avait pas eu la possibilité de devenir une nouvelle réalité. Elle a continué ainsi jusqu’après la guerre et ce n’est qu’à la naissance de notre fils en 1946 que mon mari me l’a moulée. »


Sonja Ferlov Mancoba, 1961

Sur les masques

« Le travail sur le masque signifie pour moi une tentative d’essayer de trouver et de conserver notre visage humain au sein de notre société inhumaine. (…) Nous vivons dans un temps de division, qui à chaque jour éloigne un peu plus notre vision humaine d’une appréhension originelle de la totalité. Si nous devons y revenir, il faut se laisser traverser par le grand rythme vital de la nature. »


Sonja Ferlov Mancoba, 1978.

Sur les forces vitales

« Lorsqu’on ne suit pas le courant, on doit être conscient que plus de mille fois dans la vie, il faudra affronter l’opposition et les constants bâtons dans les roues. Mais c’est extérieur, et pas essentiel, même si sur le moment cela paraît l’être. L’essentiel, c’est d’avoir l’aptitude de ne pas laisser les autres grignoter son courage intérieur et de garder son cap en dépit de tout (…) »


Sonja Ferlov Mancoba, 1962.

« On essaie sans cesse d’amener un peu à la lumière le courant secret d’humanité infinie qui nous traverse tous. En dépit du déchirement et de la solitude, il nous relie à nos destinées humaines communes (…) Nous ne sommes là qu’une seconde, ce n’est pas essentiel : une seule chose compte, c’est que les forces vitales qui nous irriguent soient renouvelées et transmises afin que le feu puisse pour toujours brûler, nous éclairer et nous relier à un grand être humain. »


Sonja Ferlov Mancoba, 1960-84

Les citations de Sonja Ferlov Mancoba sont extraites du catalogue de l’exposition « Confiance », Maison du Danemark, Paris, 15 mars – 29 avril 2012. Avec un texte de Troels Andersen : Sonja Ferlov Mancoba – Une vie vécue derrière les choses.
Les ouvrages cités avec les textes de Troels Andersen sont consultables à la Bibliothèque Nordique (Bibliothèque Sainte Geneviève) à Paris.

  1. Réalisé par Torben Glarbo, 1982 []
  2. Andersen, p. 105 []
  3. Andersen, p.106 []
  4. p.106 []
  5. Andersen, p.106-107 []
  6. Catalogue de l’exposition Confiance à la Maison du Danemark, 15 mars – 29 avril 2012 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.